Elections législatives aux Pays Bas le 15 mars 2017{0}

Le 16 mars, la presse européenne unanime a célébré la victoire du libéral Mark Rutte et la défaite du populiste Geert Wilders aux élections néerlandaises. Qu’en est-il exactement ?

Pour avoir une grille (approximative) de compréhension, voici à quels partis français correspondent les principaux partis néerlandais :

VVD (Libéraux)> Les Républicains
PVV (Parti de la Liberté) > Front National
D66 (social-libéral) > En marche !
CDA (démocrates-chrétiens) > UDI
SP (Gauche radicale eurosceptique) > Front de gauche
PvdA (socialistes) > PS
GroenLinks > Verts
et une vingtaine de petits partis, dont huit devraient être représentés au Parlement.

Le VVD de Mark Rutte a obtenu 21,3% des voix (-5,5%) et 33 sièges (-8).

Le PVV de Geert Wilders arrive second avec 13,1% (+3%) et 20 sièges (+5).

Le CDA : 12,3% et 19 sièges (+6).

D66 d’Alexander Pechtold : 12,1% et 19 sièges (+7).

Le SP : 9,2% et 14 sièges (-1).

GroenLinks  de Jesse Klaver : 8,9% et 14 sièges (+10)

Le PvdA de Jeroen Dijsselbloem et Lodewijk Asscher : 5,7% (contre 24,8%) et 9 sièges (-29).

Citons quelques ’petits’ partis : le PvdD (Parti pour les animaux), avec 3,1% et 5 sièges, le parti 50+ (plus de 50 ans), avec 3,1% également et 4 sièges, le nouveau parti Denk (turc) avec 2% et 3 sièges, et FdV (Forum pour la démocratie, nationaliste) avec 1,8% et 2 sièges.

En tout, la coalition sortante de Mark Rutte (VVD + PvdA) perd 24 points, près de la moitié de son score de 2012, et perd 37 sièges. C’est ce que la presse appelle une victoire. Et le PVV de Geert Wilders gagne 5 sièges et est qualifié de grand perdant.

AW pour mdsk.eu